Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog CDI du Ronceray
  • : Adresse : 72 rue Marc Sangnier 72 100 Le Mans Collège REP + 175 élèves
  • Contact

LIRE

Un collège sans CDI serait comme une forteresse sans rempart !

Lire, c'est grandir !

CITATIONS

"Lire, c'est voyager, voyager, c'est lire."

Victor Hugo

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois."

Pierre Dumayet

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire,
j'ai la certitude d'être encore heureux."

Jules Renard

"Une pièce sans livres, c'est comme un corps sans âme."

Cicéron

"Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même."

Daniel Pennac

"Les livres ont les mêmes ennemis que l'homme :
le feu, l'humide, les bêtes, le temps et leur propre contenu."

Paul Valéry

"Ranger une bibliothèque,
c'est exercer de façon silencieuse l'art de la critique."

J.L.Borgès

"Ceux qui brûlent les livres finissent tôt ou tard par brûler les hommes."

H.Heine

"Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade."

Julien Green

"Le monde se divise en deux catégories de gens :
ceux qui lisent des livres et
ceux qui écoutent ceux qui ont lu des livres."

Bernard Werber


"Ne prêtez pas vos livres : personne ne les rend jamais.
Les seuls livres que j'ai dans ma bibliothèque
sont des livres qu'on m'a prêtés."


Anatole France



"Le don de la lecture est celui par lequel
un homme arrive à comprendre
qu'il n'a pas toujours raison,
et que les autres, dont il diffère,
n'ont pas nécessairement tort."

Robert Louis Stevenson


"Il y avait dans les mots des images et des bruits,
la place de nos peurs et de quoi nourrir nos coeurs."

Alice Ferney


"Je crois qu'ils peuvent trouver dans les livres
de quoi rêver et de quoi réfléchir."

Julia Billet


"Si quelqu'un vole des livres ou ne rend pas des livres empruntés,
que dans sa main le livre se métamorphose en un serpent féroce."

Bibliothèque de l'abbaye San Pedro, Barcelone


"Il y a des livres que l'on déguste,
d'autres que l'on dévore,
et quelques-uns, rares, que l'on mâche,
et que l'on digère entièrement."

Cornélia Funke


"Lis-moi des livres sinon je mourrai".

Michael Ondaatje


"Les livres ont été mes oiseaux et mes nids,
mes bêtes domestiques, mon étable et ma campagne ;
la bibliothèque, c'était le monde pris dans un miroir."

J.P Sartre


"Quand elle lit, elle revient, tout égarée et le feu aux joues,
de l'île au coffre plein de pierreries,
du noir château où l'on opprime un enfant blond et orphelin."

Colette

" Un écrivain véritable ne trouve pas ses mots.
Alors, il les cherche. Et il trouve mieux."

Valéry

"Tu ne m'échapperas pas, dit le livre.
Tu m'ouvres et me refermes et tu te crois dehors,
mais tu es incapable de sortir car il n'y a pas de dedans."

R.Detambel

"Il n'y a peut-être pas de jours de notre enfance
que nous ayons si pleinement vécus
que ceux que nous avons cru laisser sans les vivre,
ceux que nous avons passés avec un livre préféré."

Marcel Proust


" J'ai la chance de vivre dans un pays où la poésie compte :
on tue des gens parce qu'ils en lisent, parce qu'ils en écrivent"

Ossip Mandelstam, mort en 1938,
victime des purges staliniennes


"Les poètes savent faire surgir les mots qui savent de nous
ce que nous ignorons d'eux."

René Char

"Ma vie était à l'intérieur des livres.
Quand, parfois, je me sentais étouffer sous la pression des parents ou de l'école,
il me suffisait d'ouvrir un livre pour pouvoir respirer.
Je m'endormais même avec, comme d'autres serrent des peluches...
Comme le poisson respire dans l'eau,
je respirais dans l'air étouffant des pages,
dans l'absence du monde."

Anne Percin


"Etre écrivain, c'est parler de choses qu'on n'a pas vues,
qu'on ne connaît pas, mais dont on sent qu'elles sont  vraies."

Agnès Desarthe

"Dans la boîte, les livres avaient confit sous une couche de poussière. Leur papier s'était jauni, un peu durci. Ils étaient craquants comme bambous en carême. Ils semblaient provenir, presque intacts d'un autre âge. Le négrillon avait parfois l'impression qu'ils avaient glissé des mondes fabuleux dont leurs images attestaient l'existence. Quand on en soulevait un, il s'accrochait aux autres par des fils d'arignée. Et quand on les ouvrait, quand on les ouvrait, le papier dérangé exhalait comme une haleine ancienne, oh, quand on les ouvrait...Pour atteindre la boîte, il fallait s'engager dans le noir déserté, sous les vêtements de la penderie, le coeur battant. C'était sortir d'une grotte le coffre d'un trésor..."

 

Patrick Chamoiseau

"J'ai passé huit jours sans jamais en sortir que pour aller dans ma chambre et sans jamais sortir de ma chambre que pour y entrer....J'ai vécu dans la plus parfaite paix sans jamais penser ni au temps passé ni à l'avenir, le travail m'empêchant de connaître que le présent existait."

Casanova, parlant de la bibliothèque de Wolfenbüttel

 

"On vit infiniment plus en lisant."

 

Alice Ferney

 

" Les livres n'étaient pas à lire : compagnons d'existence,

ils s'instituaient en outils de survie,

sorte de vies commensales de ses longues solitudes.

Les livres étaient vivants."

 

"Ô Partageurs, vous savez cette enfance :

lire, cette communion et cette longue émotion."

 

Patrick Chamoiseau

 

"Un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous."

 

Kafka

 

"Etre un fantôme, c'est un peu comme lire,

avoir la sensation de connaître les gens, les décors, les situations,

sans jouer de rôle particulier, excepté celui de l'observateur attentif."

 

M.Cunningham

 

"Un roman est comme un archet,

la caisse du violon qui rend les sons,

c'est l'âme du lecteur."

 

Stendahl

 

"J'écris autrement que je ne parle,

je parle autrement que je ne pense,

je pense autrement que je ne devrais penser

et ainsi jusqu'au plus profonde de l'obscurité."

 

Kafka

 

"C'est là, à portée de main, ça ne tombe jamais en panne,

ça tient au creux de la paume,

 c'est un miroir, une machine à remonter le temps,

une porte ouverte sur l'autre, c'est un livre".

 

Agnès Desarthe

 

"Nous avons besoin de livres qui agissent sur nous

comme un malheur dont nous souffririons beaucoup,

à la mort de quelqu'un que nous aimerions plus que nous-mêmes,

comme si nous étions proscrits, condamnés à vivre dans les forêts,

loin de tous les hommes, comme un suicide."

 

Kafka

 

"A travers les créations, se livre un terrible combat, se joue une dernière chance, celle de donner aux enfants les mots pour dire ce qu'on souffre, ce qu'on désire, ce qu'on aime, les mots pour désigner le mal, le bien, la peur, la haine. Tous les mots qui font l'homme debout. Et quoi qu'on veuille dire aux enfants, on doit d'abord faire une histoire intéressante qui ne dégorge pas de l'éducatif

dès qu'on y pose le doigt."

 

M.A. Murail

 

"Le verbe lire ne supporte pas l'impératif.

 Aversion qu'il partage avec quelques autres :

le verbe aimer...le verbe rêver."

 

Daniel Pennac

 

 

« Moi, si j’avais faim et me trouvais dans la rue,

je ne demanderais pas un pain mais un demi-pain et un livre. »

 
Federico Garcia Lorca

 

 

"L'histoire de mes livres est obscure car le monde est obscur.

 Ecrire, c'est difficile, lire aussi." 

 

A. Robbe-Grillet

 

"Les meilleurs livres sont ceux

dont on se souvient du fauteuil

dans lequel on les a lus."

J.P Toussaint   

 

"Il eut soudain grand faim de livres

En avala 133

Dont un traité de savoir-vivre

Mi à l'envers, mi à l'endroit.

Il épargna la poésie

dévora l'encyclopédie

et juste à l'heure du dessert

mi à l'endroit, mi à l'envers

Croqua la bibliothécaire."

Pierre Coran   

 

"Si vous ne lisez que les livres que tout le monde lit,

vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense."

Murakami

 

"Le paradis est une bibliothèque."

Borgès

 

"Avoir des livres sans les lire, c'est avoir des fruits en peinture."

Diogène

 

"Si Dieu existait, il serait une bibliothèque."

Eco

 

"Je voudrais que vous vous émerveilliez non seulement de ce que vous lisez,

mais du miracle que cela soit lisible."

Nabokov

 

 

"Le livre est un moyen de partager le mystère du monde."

Le Clézio

 

 

 

Archives

POEMES DE ROMANS


Dans quel roman du CDI peux-tu trouver ces poèmes ?

 

 

Lumière, lumière lointaine

Plus basse que les étoiles

Quelle sera la main

Qui t'allume et t'éteint...

 

Fabrizio de Andrè

 

 

Mon coeur continue à couper le bois

à chanter avec les scies sous la pluie

à broyer le froid, la sciure et le parfum.

 

Pablo Neruda

 

 

Toutes ces choses que les hommes ne savent pas

Ces gestes simples et qu'ils ne font pas

Ils oublient chaque fois

Ces silences si forts

Et qu'ils n'entendent pas

 

Yannick Noah

 

 

Jamais d'autre que toi en dépit des étoiles et des solitudes

En dépit des mutilations d'arbres à la tombée de la nuit

Jamais d'autre que toi ne poursuivra son chemin qui est le mien

Plus tu t'éloignes et plus ton ombre s'agrandit

Jamais d'autre que toi ne saluera la mer à l'aube

quand fatigué d'errer moi sorti des forêts ténébreuses et des buissons d'orties

je marcherai vers l'écume

Jamais d'autre que toi ne posera sa main sur mon front et mes yeux

Jamais d'autre que toi...

 

Robert Desnos




J'attache de la valeur à toute forme de vie, à la neige, la fraise, la mouche.
J'attache de la valeur au règne animal et à la république des étoiles.
J'attache de la valeur à ce qui demain ne vaudra plus rien
et à ce qui aujourd'hui vaut encore peu de chose.
J'attache de la valeur à l'usage du verbe aimer
et à l'hypothèse qu'il existe un créateur.

Erri De Luca



Prends garde de n'élever tes enfants
comme s'ils devaient rester toute leur vie des enfants,
sans penser qu'un jour ils deviendront des pères.

Hattan Ibn al-Mu'alla

2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 13:27

       BARJO  Albert Einstein

 

  Le surnom de Tozer :  KING KONG

  Le surnom de Daniel : EINSTEIN

  Qu'est-ce que le DIPA dans un sac à dos ? dernier installé, premier attrapé

 

 

De chaque côté des cimes

  Qui sont les animaux à deux roues pour les Zanskaris ? motos

 

  Comment s'appellent ces coiffes traditionnelles du peuple zanskari ?

 -peyrac

-yack

-tchadar

  peyrac

 

Le temps des miracles

  Quel est le prénom russe de Blaise ?

-Koumail

-Oleg

-Andréi

Koumail

 

Qui a gagné le concours de malheurs ?

  Prudence

Blaise porte le prénom d'un célèbre poète français. Lequel ?

-Baudelaire

-Hugo

-Cendrars

Cendrars

 

  Quel lieu de naissance est noté sur son passeport ?

-Paris

-le mont Saint-Michel

-Tbilissi

  mont Saint-Michel

 

 

Le département du diable

 

  Qu'est-ce qu'un plombier pour Dave Offrion ?

  espion

  Qui est mammouth ?

-un nom de code

-un chasse-neige

-une montagne

chasse-neige

 

 

Saia

 

Que signifie saia en basque ?

  vautour-fauve

Quel est le livre préféré des trois frères Khider ?

Les aventures d'Huckleberry Finn de Mark Twain

 

 

L'âge d'ange

  De quel pays est originaire Tadeusz ?

-Pologne

-Russie

-Luxembourg

Pologne

  Par quelle civilisation Anja et Tadeusz sont-ils fascinés ?

  grecque

A quel acteur Anja compare-t-elle Tadeusz ?

-Kirk Douglas

-Marlon Brando

  Brando

 

Bleu de Rose

  Le mot placé entre esplanade et esprit dans le dictionnaire est interdit  dans la famille de Rose. Lequel ? espoir

 

Quel est l'endroit tout blanc que Rose déteste ? hôpital

 

 

Chasseur d'orages

  Où Herb dépose-t-il les cendres de son grand-père ?

-Joshua Trees

-Vancouver

-Lightning Fields

  Lightning Fields

Qui est l'idole de Blondie ?

-Kurt Cobain

-Marilyn Monroe

-Mick Jagger

Monroe

  De quel objet Mina ne se sépare-t-elle jamais ?

-chapeau

-appareil photo

-sac à dos

  appareil photo

De quel peuple indien Moon est-il originaire ?

haïda

 

 

Ceux qui sauront

  Qu'est-ce que le rétiaire ?

-un paysan

-un gendarme

-une langue

  langue du réseau, du deuxième monde.

 

Quelle invention n'a pas encore vu le jour en 2008 ?

-la voiture

-l'ordinateur

-la machine à laver

machine à laver

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 08:12

Anne-Laure Bondoux pour son roman, Le temps des miracles, aux éditions Bayard.

 

Arrêt sur images prises mercredi 16 juin, au palais des Congrès.

 

portes-ouvertes-2010-0043-copie-1.JPG

 

 

portes-ouvertes-2010-0044.JPG

 

  Lettre de félicitations adressée par  X.L Petit au lauréat 2010 :

 

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Combien êtes-vous exactement dans cette salle? Aucune idée! Mais pour y être venu l'année dernière, je sais que vous êtes plutôt nombreux. Et tout aussi nombreux à penser très fort : “J'espère que ce type qui n'est même pas là ne va pas nous casser les pieds avec un discours!” Et quant je dis "casser les pieds", je reste poli!

OK. Promis! Je vais être court.

Je tiens simplement à vous remercier, vous, les lectrices et les lecteurs! Oui, vous!

Pour Anne-Laure, on verra plus tard, c'est compris?

Je tiens à vous remercier parce que, si vous n'aviez pas attribué le Prix des Lecteurs au Temps des Miracles, je ne l'aurais peut-être pas lu. Et comme un abruti, je serai passé à côté d'un vrai moment de lecture. Un moment rare! Un de ces moments où le monde peut bien s'écrouler, plus rien ne compte que ce qui se passe dans le livre. Le reste n'a plus d'importance.

Le roman à peine ouvert, les images sont apparues toutes seules et mon petit cinéma intérieur s'est mis en marche sans que je fasse le moindre effort. Tout se déroulait là, sous mes yeux, au fur et à mesure que je lisais. Et je me laissais emporter.

J'étais dans l'Immeuble du début, et puis à Souma-Soula,et puis dans le camp tzigane… mais surtout je faisais connaissance avec Koumaïl ou Blaise -on ne sait plus trop comment l'appeler-, avec Gloria, avec la belle Fatima qui n'ouvre jamais les yeux, avec Boucle-d'Oreille, Maya, Suki, Prudence, et les autres… Ils étaient bien plus que des personnages de papier. Ils prenaient vie là, devant moi, au fil des phrases, et me donnaient envie de mieux les connaître, de les rencontrer, d'entendre leur histoire.

Et puis il faut bien le dire, Le temps des Miracles nous parle aussi de ces gens qu'on croise sans le savoir, et parfois sans les voir.  Ces immigrés, ces clandestins, ces sans-papiers qui n'ont pas d'autres choix, comme Koumaïl et Gloria, que de quitter leur pays et passer les frontières. Des concours de malheurs comme ceux de Prudence, on pourrait sans doute en faire des tas. Il y aurait pas mal de gagnants ex-aequo…

Quand j'ai refermé le livre, je me suis senti un peu creux, comme si soudain, il me manquait quelque chose. J'ai suffisamment lu de bouquins pour savoir que c'est bon signe, ça! Le signe qu'on vient de dévorer un vrai roman. Un de ceux qui emmènent loin leurs lecteurs.

Arrivé là, il n'y a aucun doute, c'est bien Anne-Laure que je dois remercier pour tous ces moments passés en compagnie de Blaise, Gloria et les autres.

Mais je la remercie aussi pour quelques phrases que j'ai pêchées ça et là, et qui sonnent de façon bien particulière aux oreilles de quelqu'un qui écrit.

Des phrases comme…

«Il faut bien raconter des histoires, pour que la vie soit supportable…»

Ou encore «Quand on ne sait pas, on imagine

Et puis celle-ci, tout à la fin : «Y-a-t-il une différence entre dire un mensonge et raconter une histoire?»

Non. Il n'y a pas de différence, j'en suis persuadé. Et nous autres, les humains, on adore se plonger dans les histoires. On adore rêver, imaginer, rire et pleurer à cause d'elles. Les histoires qu'on nous raconte sont indispensables. Elles nous accompagnent, et je ne suis pas loin de penser qu'elles sont mêmes vitales.

Merci, Anne-Laure, pour nous avoir fait vivre l'histoire de Blaise. À quand la prochaine?

 

Xavier

 

 

portes-ouvertes-2010-0045.JPG

 

La délicieuse recette du temps des miracles :

 

"Le coeur, une main, trois doigts, et le poète Blaise Cendrars."

 

"Ecrire un roman, c'est comme au théâtre. On joue des personnages, on ressent leurs émotions, on vit leur histoire, leur exil, leur déracinement,  même si c'est pour de faux. On élargit son champ des possibles."

 

portes-ouvertes-2010-0048.JPG

 

-Le Mans ? Le Mans ? Le Mans ? Ah !

-Dans notre atlas vert, c'est à la page 72.

-C'est la pure vérité.

-Le Mans. La route la plus courte pour aller de Tbilissi au mont Saint-Michel passe par le Mans. C'est la pure vérité.

-tatatata-tatatata !

-Oui, mais c'est la plus sûre. La preuve, Madame, c'est ici que vous allez recevoir le prix des lecteurs.

-Car vous êtes la meilleure : c'est la pure vérité.

-Nous vous le remettons avec le même plaisir que nous avons pris à lire "le temps des miracles".

-Madame Anne-laure Bondoux, écrivez-nous encore beaucoup de romans ; nous vous lirons. Car, comme vous le faites dire à Koumaï : dans la vie, quand vous êtes inséparable avec quelqu'un, ça vous rend très heureux.

 

portes-ouvertes-2010-0049.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0050.JPG

 

bondoux367.jpg

 

portes-ouvertes-2010-0046.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0047.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0051-copie-1.JPG

 

 portes-ouvertes-2010-0052.JPG

 

Boîtes réalisées par les élèves du collège de Vibraye

 

portes-ouvertes-2010-0053.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0054.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0040.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0041.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0039.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0042.JPG

 portes-ouvertes-2010-0034.JPG

portes-ouvertes-2010-0033-copie-1.JPG

portes-ouvertes-2010-0055.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0059-copie-1.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0038.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0032-copie-1.JPG

 

 

portes-ouvertes-2010-0022-copie-1.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0023-copie-1.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0024.JPG

 

 

  portes-ouvertes-2010-0025.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0026-copie-1.JPG

 

 

portes-ouvertes-2010-0027.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0028.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0029-copie-1.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0030-copie-2.JPG

 

portes-ouvertes-2010-0031-copie-1.JPG

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 08:35

mariechartres2365.jpg

Peinture de l'artiste américaine, Pat de Caro.

http://www.patdecaro.com/paintings.html

 

  mariechartres3366.jpg

 

"Quand il nous a fallu choisir parmi les romans sélectionnés pour le prix des lecteurs ceux dont nous lirions des extraits à la radio, Bleu de Rose s'est imposé à nous comme une évidence. Les voix soeurs de Rose et d'Iris, aux couleurs de l'Ange et du coquelicot, nous ont touchées "en plein milieu du coeur". Grâce à elles, c'est le début de l'histoire" (la nôtre).

Merci Marie.

Manon et Fatima.

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 08:23

PROGRAMME

 

14h accueil

 

14h30 "Le mariage forcé" de Molière, un spectacle de la compagnie Pièces § Main d'oeuvre.

 

Sgnanarelle a décidé de se marier mais le choix de la prétendante n'est pas si simple .... Former un couple, c'est n'être qu'un, mais lequel ?

 

mariage-force.jpg

Un avant-goût sur You Tube

http://www.youtube.com/watch?v=TXkGPf_gv8c

 

Dossier pédagogique

http://www.sallevasse.fr/files/spectacle-245.pdf

 

15h45 Remise du prix des lecteurs

 

16h Rencontre-dédicace avec l'auteur lauréat

 

 

VENEZ NOMBREUX !

 

Inscrivez-vous auprès de Mme Monard et de la documentaliste. Départ du collège à 13h30.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 13:14

L'émission autour des romans du Prix des lecteurs, enregistrée dans le studio de Cartables FM, sera diffusée le :

 

-mercredi 5 mai à 13h

-vendredi 7 mai à 11h

-samedi 8 mai à 20h

-dimanche 9 mai à 15h30.

 

Les élèves qui souhaitent récupérer l'enregistrement sur CD sont priés de contacter la documentaliste.

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 10:13

Voici l‘interview que les élèves ont menée et retranscrite :


Sur le roman sélectionné “Ceux qui sauront” :

Pourquoi avez-vous choisi comme thème central de “Ceux qui sauront” l’éducation en France ?

– J’ai choisi l’éducation  comme thème central parce que je pense que l’école obligatoire en France n’est pas acquise pour toujours et pourra peut-être un jour ne plus être obligatoire. Je pense que l’école est très importante pour le futur de la société.

Y aura-t-il une suite à ce livre ?

– Oui, elle est déjà écrite, le titre est « Ceux qui rêveront », il y aura une trilogie, demandée par mon éditrice.

Pour écrire vos livres vous inspirez-vous des actualités ?

–  Oui, je m’aide de celles de la télé, du journal, de la radio…

Ecrivain, un métier

Pourquoi avez-vous décidé de devenir écrivain ?

Je n’ai pas choisi de devenir écrivain, mais j’avais envie d’écrire des histoires. C’est le métier qui m’a choisi.

Est-ce que vous vous êtes inspiré par des membres de votre famille ? Si oui, de quelle façon ?

Un auteur s’inspire de tout ce qui l’entoure dans sa vie quotidienne. Donc oui, je m’inspire d’eux dans leur comportement, mais je pense que j’invente le plus.

Où avez-vous commencé à écrire?

A l’Université de Nantes (1ère année de fac). J’ écrivais ce qui me passait par la tête. J’ ai écrit un roman en 2 ème année de fac. Mais j’ai commencé à écrire vraiment à 30 ans.

Avez-vous  du mal à trouver  l’inspiration quand vous  commencez à écrire?

Non, j’ ai toujours eu des idées en avance, je garde les plus importantes. J’ai des projets de fantasy*,  de science-fiction, etc…

Ecrivez-vous dans une pièce spéciale de votre maison ?

–Oui, j’écris surtout dans mon bureau mais il peut m’arriver de prendre des notes devant la télévision. Mon bureau, j’y passe la journée, de 9 heures à 19 heures en faisant une pause vers midi pour manger et faire une balade pour prendre l’air. Personne n’a le droit d’aller dans mon bureau.

Où écrivez-vous ? Combien de pages écrivez-vous par jour ?

–Eh bien … J’écris dans mon bureau, de 8h30 le matin a 12h30 j’écris et ensuite je vais manger et faire une promenade. Dès 14h20, je recommence à écrire jusqu’à 18h30, voire 19h00.

J’aime écrire dans mon bureau, car c’est mon univers … Il y a ma collection personnelle de dictionnaires ! (Rire)

J’écris une dizaine de pages par jour.

Parmi les livres que vous avez écrits, lequel préférez-vous ? Et pourquoi ?

–Il y a peut-être des livres mieux ou moins biens que d’autres, mais j’ai  vécu une petite histoire avec chacun en les écrivant. Je n’ai donc pas de livre préféré.

Qu’est-ce qui vous pousse à écrire des livres dans lesquels la bonté de l’humanité semble quasi nulle ?

– En fait je suis un auteur optimiste, car dans mes livres il y a des héros. Mais s’il y a un héros, c’est qu’il y a un problème à résoudre …


“J’attends de voir ce que va devenir l’avenir.”

Quelle est votre vision du futur de l’humanité ?

– J’ai une vision optimiste de l’humanité, je crois beaucoup à l’humain, mais  est-ce que nous saurons nous maîtriser, avec les machines, la technologie … c’est ça la vraie question.

D’où tirez-vous les plans de ces objets futuristes ?

– Je les tire de mon cerveau, peut-être un peu malade !! Si, par exemple, j’envoie des hommes dans l’espace, il faut bien que j’invente des vaisseaux spatiaux pour qu’ils se déplacent …

Dans vos livres, la société ou la planète sont souvent bouleversées par des événements forts : pourquoi ce choix d’imaginer des catastrophes ?

–J’aime remettre en question l’humanité toute entière. Il faut que le monde rencontre des difficultés importantes pour qu’un héros naisse et donc anime le roman .

Qu’attendez-vous ou qu’espérez-vous des progrès scientifiques ou de l’attitude des scientifiques ?

– On ne peut pas espérer le progrès. Par exemple le couteau a été inventé pour tuer le gibier, mais il sert aussi à tuer des gens…  Montaigne disait : “Science sans conscience n’est que ruine de l’âme”. Avoir la science sans avoir la conscience de ce que l’on fait est dangereux. Je n’attends rien des scientifiques mais j’attends de voir ce que va devenir l’avenir.


Note : La “fantasy” est un genre littéraire dans lequel l’auteur imagine de toutes pièces un univers à la fois cohérent et différent du nôtre  — par exemple J. J. R.Tolkien dans “Le Seigneur des Anneaux”. La science -fiction, elle, sert à réfléchir sur le futur de l’humanité.


Lire l'article complet sur le blog du collège Berthelot

http://le-blog-du-cdi-berthelot.over-blog.com/ext/http://lewebpedagogique.com/cdiberthelot/

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 10:19

Mercredi 24 mars, les 4è A  du Ronceray et les élèves d'Anne Frank ont eu l'immense plaisir de rencontrer l'auteur de leur coup de foudre, Elise Fontenaille, qui s'est livrée de bonne grâce au feu de leurs questions.

Présentation des travaux des élèves

portes-ouvertes-2010-0012-copie-2.JPG

portes-ouvertes-2010-0011-copie-1.JPG

portes-ouvertes-2010-0013.JPG

portes-ouvertes-2010-0014.JPG
Maurine sait tout sur les indiens haïdas ...

portes-ouvertes-2010-0015-copie-1.JPG
Et tous l'écoutent avec attention ...


De Vancouver aux terres rouges du Nouveau-Mexique
portes-ouvertes-2010-0016-copie-1.JPG


portes-ouvertes-2010-0019.JPG
portes-ouvertes-2010-0001-copie-1.JPG


Le totem de Chasseur d'orages

portes-ouvertes-2010-0017.JPG

portes-ouvertes-2010-0026.JPG

portes-ouvertes-2010-0002.JPG

portes-ouvertes-2010-0003.JPG

portes-ouvertes-2010-0004.JPG

portes-ouvertes-2010-0005.JPG

portes-ouvertes-2010-0006.JPG

portes-ouvertes-2010-0007.JPG

portes-ouvertes-2010-0008.JPG

portes-ouvertes-2010-0009-copie-1.JPG

portes-ouvertes-2010-0018.JPG
Aux anges Elise Fontenaille  ?

Les artistes de land art et leur professeur, Mme Poirier
portes-ouvertes-2010-0022.JPG

portes-ouvertes-2010-0023.JPG

En route pour les Lightning Fields ! Blondie est au volant : she is the Boss !
portes-ouvertes-2010-0029.JPG

portes-ouvertes-2010-0030-copie-1.JPG

"Et une larme a coulé de mon oeil, une seule, lentement ; je ne pensais même pas à l'essuyer. On l'avait fait, ce voyage, le dernier voyage de John. Mina a fait un pas vers moi, elle a léché la goutte d'eau sur ma joue, et on s'est embrassé, tout doucement, longtemps-longtemps..."

portes-ouvertes-2010-0031.JPG

Elise Fontenaille a attendu 35 ans pour écrire et vivre de sa plume, mais toute petite déjà, elle rêvait de devenir écrivain. Elle lisait tout ce qui lui tombait sous la main, à la maison qui était pleine de livres, et à l'école aussi, au grand désespoir de ses professeurs qu'elle n'écoutait pas beaucoup. Pour son fils qui préfère dessiner en cours plutôt que d'étudier, elle a écrit Un koala dans la tête, dans l'espoir de le remettre au travail. Elle n'est pas sûre d'y être parvenue....
De son métier de journaliste, elle a gardé un style bref, concis, rapide. Ce qu'elle apprécie dans la littérature jeunesse, c'est de pouvoir écrire des textes courts, vifs comme l'éclair, qui touchent leur cible sans détour. Les pavés, ce n'est pas pour elle. Chasseur d'orages a été écrit en une semaine, Un Koala dans la tête a vu le jour en une journée et Une cérémonie d'hiver a fleuri en trois semaines. Les histoires qu'elle écrit pour les adultes ont souvent une tonalité sombre et une triste fin, ce qu'elle ne s'autorise pas dans ses romans pour les adolescents.  "Je n'ai pas le droit de désespérer les  lecteurs." Ainsi, dans son prochain  livre, l'adolescente cornaquée au suicide par un plus grand, ne connaîtra pas le destin malheureux de la jeune fille qui a fait la Une des faits divers, il y a quelques années. Ses personnages de fiction sont souvent inspirés de personnages réels qui lui ressemblent. "J'ai toujours désiré voler",  comme Eden, dans Une cérémonie d'hiver.
A Vancouver, "la plus belle ville du monde" par le contraste puissant entre la nature sauvage, les montagnes, la rain forest, et les buildings de verre de son quartier d'affaires,   elle a vécu pendant deux ans et en a fait le cadre privilégié de plusieurs de ses romans. Après des études d'anthropologie,  elle est tombée en amour avec les indiens haïdas, les premiers peuples de la côte nord-ouest du Canada, dont elle évoque le destin tragique dans Une cérémonie d'hiver et dans Les disparues de Vancouver. "J'écris toujours pour servir une histoire", pour "témoigner, changer les esprits et les coeurs, ouvrir un monde meilleur", pour venger les sans-voix, les damnés de la terre, jamais par hasard. L'écriture, tout un art, chez Elise Fontenaille... 

Des autographes, comme s'il en pleuvait...
portes-ouvertes-2010-0032.JPG
fontenaille2335.jpg

portes-ouvertes-2010-0033.JPG
fontenaille333.jpg


Madame, merci pour Chasseur d'orages ! Merci pour ce beau voyage qui nous a donné de quoi rêver et de quoi réfléchir. Avant que vous repartiez vers d'autres aventures, comme Herb sur le pont des lions de Vancouver, nous faisons cette prière : Allez, les lions, soyez chics, veillez sur Elise Fontenaille, que rien ne l'arrête en chemin ! Qu'elle écrive encore beaucoup d'histoires qui soient autant de coups de foudre !

 

"Alors là je n'en reviens toujours pas de l'accueil fantastique que vous avez fait à Chasseur d'orages et à son auteur ! un vrai conte de fée ! un totem - tout sur la foudre - une superbe carte de voyage avec des extraits du livre - une pièce de théâtre, et pour finir une fleur de foudre entre ciel et terre tous ces bras tendus c'était magnifique ! 400 BRAVO à toutes et à tous - Et vive les Lightning fields ! "

Commentaire n°1 posté par Elise Fontenaille
Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 08:51

Vous pouvez écouter les élèves d'Anne Frank débattre autour du prix des lecteurs sur Cartables Fm (93.3), le mercredi 24 mars à 13h, le vendredi 26 mars à 11h, le samedi 27 mars à 20h, le dimanche 28 mars à 15h30.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 07:29

mazard329.jpg

Mardi 9 mars 2010, à 17h30, la médiathèque invitait ses lecteurs à rencontrer les auteurs Claire Mazard et A.L Bondoux qui ont exploré pour nous les coulisses de leur travail d'écrivain.
Echanges croisés :

Claire Mazard - De chaque côté des cimes est né de l'émotion ressentie au visionnage du film documentaire de J.M Corillion, Devenir femme au Zanskar, en mai 2008. En juin, je commençai déjà à l'écrire, alors que d'ordinaire j'ai besoin de laisser le temps faire son oeuvre et mes idées mûrir. Comme je ne connaissais pas ce petit pays de l'Himalaya, je me suis beaucoup documentée, sur Internet notamment, trop parfois, ce qui m'a conduit à procéder à des coupes sombres dans le récit pour ne pas l'alourdir.

A.L Bondoux - La prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France a été le moteur littéraire du Temps des miracles, la bulle de mercure qui a coagulé le récit. J'avais l'idée d'écrire une biographie romancée de  Blaise Cendrars, depuis que j'avais appris que le poète avait livré de sa vie une part fantasmée et mythologique. J'avais aussi dans la tête des images d'un accident de train. Tout cela, au fil du temps, s'est transformé pour donner naissance à l'histoire de Koumaïl et de Gloria.

Claire Mazard-Mon nouveau livre est un roman policier, Le mort du noyer. J'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire et à piéger mon lecteur. J'ai ainsi replongé dans mes émotions d'adolescente, lisant à pas d'heure du Frédéric Dard et du Simenon. Une image s'est tout de suite imposée à moi sans raison : le mort devait être nu. Mais pourquoi ? La réponse m'échappait et désespérée,  je demandai conseil à mon ami J.C Mourlevat. Celui-ci, très prosaïquement, m'a rappelé qu'en tant qu'auteur, j'avais tous les pouvoirs sur mon personnage et que je pouvais le rhabiller. Et puis, une chose merveilleuse m'est arrivée. J'ai obtenu la réponse d'un de mes personnages. J'ai appris en écrivant. La solution de l'énigme est venue à moi toute seule. C'est le miracle de l'écriture.

A.L Bondoux-Les personnages de mes premiers textes étaient des êtres de carton-pâte, factices. Pour créer des personnages vivants, vrais auxquels les lecteurs peuvent s'identifier, il faut avoir vécu. Le temps est le meilleur allié de l'écrivain.
Ecrire un roman à la main est pour moi une source d'angoisse. j'aime la page blanche de l'ordinateur, cela me donne une exigence. Je corrige au fur et à mesure pour ne pas salir la page, j'efface sans remords ni scrupule.

Claire Mazard-J'aime  tous mes personnages. Ce sont mes amis, nous formons ensemble une grande famille. On n'oublie jamais ce qu'on aime. Je sais tout sur eux, leur lieu de naissance, la couleur de leurs yeux, leur musique préférée, même si je ne l'ai pas écrit. Ces détails
sont leur part inconsciente, celle qui a fait d'eux des êtres de chair et de sens.
J'écris d'abord à la main, sur des cahiers de brouillon. Cela me permet de ralentir l'histoire, de la laisser respirer, et prendre son envol.

Pour en savoir plus sur les dessous de l'écriture du Temps des miracles :

http://letempsdesmiracles.bondoux.net/

Pour voir une bande -annonce du livre :

http://www.dailymotion.com/video/x83yxr_onlikoinou-12-le-temps-des-miracles_fun




mazard2330.jpg

A lire à partir du 18 mars :

mort-du-noyer.jpg
copyright Le Seuil
 

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 19:42

Autour du roman de Claire Mazard, De chaque côté des cimes.


mediatheque-0013-copie-1.JPG

mediatheque-0014-copie-2.JPG

mediatheque-0015-copie-2.JPG

Batik ( peinture sur tissu)

mediatheque-0016-copie-3.JPG


mediatheque-0017-copie-2.JPG

mediatheque-0018-copie-2.JPG


mediatheque-0019-copie-2.JPG


Objets rituels du culte bouddhique
mediatheque-0020-copie-2.JPG

Moulin à prières tibétain

mediatheque-0021-copie-2.JPG

Bol chantant

mediatheque-0022-copie-2.JPG

Abat-jour en papier népalais

mediatheque-0039.JPG

mediatheque-0041.JPG

mediatheque-0042.JPG

mediatheque-0043.JPG

mediatheque-0045.JPG

mediatheque-0046-copie-1.JPG

mediatheque-0048.JPG

mediatheque-0049-copie-1.JPG



mediatheque-0051-copie-1.JPG

mediatheque-0052-copie-1.JPG

mediatheque-0053-copie-1.JPG

Partager cet article
Repost0
Published by COLLEGE DU RONCERAY - dans Prix des lecteurs 2010